Manager au temps du confinement : se protéger et protéger les autres, mais pas que du virus !

J’ai décrit dans mon article précédent à quel point le confinement, s’il doit nous protéger du virus, nous expose plus intensément que d’habitude au stress, et l’importance des émotions positives pour nous protéger.

Concrètement, quelles attitudes et comportements adopter pour ressentir davantage d’émotions positives et vivre le confinement plus sereinement ?

Se protéger soi

  • Une activité physique régulière. La marche notamment est une activité qui stimule les aires motrices et les surrénales. Cela freine la sécrétion d’adrénaline et de noradrénaline.
  • Adapter son alimentation en évitant le sucré/ salé en dehors de repas. Quand vient l’envie de grignoter, prenez plutôt une tisane ou un thé vert.
  • J’ajouterai ma touche personnelle… Mangez du chocolat…noir ! Le magnésium qu’il contient agit sur le système nerveux, les flavanols de cacao favorisent la circulation sanguine.
  • Faire la part des choses. J’ai testé pour vous, c’est top ! Chaque soir, 3 choses qui se sont bien passées, 3 qui se sont mal passées. Je me couche en repensant aux 3 points positifs. En bonus, j’identifie un succès que je note. Cela augmente le sentiment d’efficacité, baisse le niveau de stress, augmente la motivation, la confiance en soi et la créativité. Je m’aperçois en le faisant régulièrement que j’ai de plus en plus de mal à trouver des choses qui se seraient mal passées dans ma journée.
  • S’engager dans une cause d’intérêt général…comme toutes les actions bénévoles qui fleurissent autour des soignants, des personnes en souffrance psychique.
  • Avoir un ancrage positif : penser à un moment de fierté dans notre vie, noter ce que vous avez ressenti sur le plan émotionnel. Cela modifie des ondes de notre cerveau, plus d’ondes alpha, plus lentes et plus efficaces.
  • Enfin, cultiver les menus plaisirs de la vie. Par exemple, regarder un paysage naturel ralentit la fréquence cardiaque au bout de 4 minutes. Ecouter Mozart fait baisser la pression artérielle. Un plaisir par jour chasse le stress, libère les endorphines et l’ocytocine.

Protéger les autres

Les 3 leviers pour stimuler la motivation d’après Dan Pink sont La Finalité, l’Autonomie, la Maitrise. Agir sur la motivation permet d’augmenter les émotions positives.

DONNER DU SENS ! MANAGER PAR LA FINALITE

  • La compréhension des objectifs liés à la tâche qu’on accomplit et le sentiment d’œuvrer pour une cause juste.
  • Je ne le répète jamais assez dans toutes mes interventions. Une directrice d’établissement qui se présentait à son équipe lors d’un séminaire expliquait que donner du sens au quotidien devrait être un réflexe managérial systématique. Le sens contribue à la santé. « Avec le sens disparaît la souffrance » V. Frankl.
  • Alors oui, parfois trouver du sens à ce qui advient nécessite de se creuser les méninges. Mon astuce ? Trouver le plus petit sens possible pour vous, à partager avec les autres. Par exemple, cette situation est une occasion d’apprendre quelque chose de nouveau, de laisser aller ma créativité.

CULTIVER L’AUTONOMIE, LA LIBERTE d’ACTION.

  • Moins on peut agir, plus on stresse. Le niveau de stress d’un conducteur de train est supérieur à celui d’un conducteur de bus. Le bon niveau d’autonomie renforce la confiance en soi et génère des émotions positives.
  • « Nous ne disons pas aux autres comment faire, mais ce que l’on veut et les laissons nous surprendre par le résultat » Général Patton.

LA MAITRISE : FIXER DES OBJECTIFS AU BON NIVEAU.

  • Nous sommes faits pour progresser, apprendre, nous développer tout au long de notre vie.
  • Le plaisir trouvé à améliorer sans cesse sa performance et l’implication mise dans l’accomplissement de la tâche.
  • Mihaly Csikzentmihalyi a conceptualisé le concept de Flow, ce moment vous êtres être complètement impliqué dans une activité pour votre bien, l’égo tombe, le temps file sans que vous vous en rendiez-compte. Ce Flow procure de l’énergie, du plaisir.
  • Par conséquent, fixer l’objectif juste au-dessus de la capacité de la personne va pousser ses capacités de concentration au maximum. C’est le « défi possible ».

PRODIGUER DES ENCOURAGEMENTS sincères. Ils augmentent le sentiment d’efficacité personnelle.

SOIGNER LA GRATITUDE ET DITES MERCI…c’est un puissant vecteur de motivation

RECONNAITRE SES MALADRESSES renforce la cohésion. Peter Drucker disait que nous n’avions pas besoin de Supermen pour manager mais que nous avions besoin d’hommes normaux pour manager des hommes normaux, c’est-à-dire imparfaits et vulnérables. C’est aussi une exemplarité à avoir.

CULTIVER L’OPTIMISME…et nous sommes loin d’être les champions en France en la matière. Sur 51 pays interrogés, nous sommes derniers…derrière l’Afghanistan. Chercher l’erreur !

« L’optimisme est partenaire de l’action et compagnon de l’effort ». C’est un acte volontaire…et par conséquent c’est un effort à faire !

Pour toutes les études scientifiques qui valident l’impact de ces actions managériales sur l’augmentation des émotions positives, je vous invite à vous référer à l’ouvrage « la Bienveillance au travail » de Ph Rodet.

Comme déclarait Alain, « le secret de l’action, c’est de s’y mettre » ! Alors qu’attendez-vous ?

Ah oui, c’est difficile ! C’est bien pour cela que pour changer nos comportements, qu’ils soient managériaux ou plus personnel, nous avons besoin d’un partenaire, besoin d’être accompagnés pour mettre de la conscience sur ce qui vous freine pour que les premiers petits pas puissent émerger, non pas par la seule volonté du « il faut que je change » mais parce que nous aurons explorés vos désirs.

Je reste engagée à vos côtés dans cette aventure intérieure et managériale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page